Cousu Main 12eme - UNE FINALE FLAMBOYANTE !

Etape ultime d'un marathon de 12 séances, la Finale de Cousu Main a donc eu lieu samedi 19 mars, avec les trois candidates encore en lice : Astrid, Edith et Nadia. Les défis de cette dernière session et Finale sont de taille : un gilet de marié homme en patron imposé et une robe de mariée sans patron en guise de customisation.

Le patron imposé

Comme la chemise d'homme, le gilet homme est une des pièces les plus ardues du vestiaire masculin. Les candidats ont 6 h pour le réaliser, ce qui souligne sa difficulté. Il se compose de 3 parties, 2 doublées sur l'avant avec 2 parementures, une simple au dos, une martingale au dos, 2 poches passepoilées et 5 boutonnières. Le choix du tissu est une fois de plus prépondérant pour la réussite du modèle, et il est conseillé de thermocoller un entoilage sur l'étoffe des parties avant pour leur donner de la rigidité.C'est ce que fait Nadia qui a choisi un brocart argenté pour l'avant et une étoffe dorée pour le dos. Julien conseille de couper tissu et doublure en une opération pour éviter les disparités.

Première grande difficulté, les poches passepoilées, les réussir est déjà un exploit, les rendre parfaites, à équidistance, ni trop ouvertes, ni trop fermées est un vrai travail de précision. La martingale doit aussi être fixée de façon soigneuse. Mais les choses se corsent avec l'assemblage qui doit être réalisé selon un ordre précis. Il faut en effet assembler avant et doublure par le haut, afin de pouvoir retourner aisément le gilet par la suite.C'est cet ordre que n'a pas suivi Edith, elle ne peut retourner l'ouvrage et doit donc le démonter. Ce qui la pénalise et l'empêche de finir tout à fait son gilet dans les temps.

Nadia finit la première et s'octroie la coquetterie d'un nœud papillon. Astrid peine avec les boutons recouverts, Nadia la conseille. A la fin, les 3 gilets sont néanmoins très réussis. Celui d'Edith présente des passepoils parfaits, mais la doublure n'est pas top et la martingale non plus. Celui d'Astrid, des passepoils (ce sont ses premiers) trop inégaux, mais de jolies pointes. Celui de Nadia est parfait dans son ensemble avec de plus une correspondance parfaite des motifs du brocart au niveau du boutonnage. C'est elle qui l'emporte haut la main avec une pièce magnifique pour le patron imposé.

La robe de mariée

Cette épreuve qui n'a rien d'une costumisation, (mais Finale pardonne) est en fait une création pure et simple : réaliser en 7 h une robe de mariée, sans aucun patron ni directive particulière. Ce qui implique donc moulage sur buste ou comme on le verra sur mannequin vivant. Cousu Main a en effet réservé 3 surprises aux candidates : la présence d'un grand Monsieur de la robe de mariée, Max Chaoul, qui prodiguera ses conseils pendant l'épreuve, la venue très joyeuse de toute l'équipe de Cousu Main depuis le début, et la présence de 3 mannequins, bien connus des candidates puisqu'il s'agit respectivement d'une amie, d'une sœur et d'une nièce. Le travail commence donc avec les premiers croquis des modèles et le choix des étoffes, très important bien sûr.

Tandis que les candidates s'activent, sont présentées quelques robes de mariée de Max Chaoul, sublimes forcément. Les éléments décisifs du jury vont être le bon tissu, le moulage, le bon montage et la créativité déployée. Edith choisit de faire un robe classique avec un bustier droit orné d'un plastron carré de dentelle, dentelle que l'on retrouve au dos de façon très gracieuse, en deux parties festonnées ouvertes jusqu'à la taille, la jupe est sobrement évasée. Selon les experts, elle semblerait avoir choisi des tissus trop souples. Max Chaoul lui conseille de réaliser la jupe et la ceinture en satin plissée dans le biais pour plus d'élasticité. Astrid opte pour une robe de princesse avec un bustier sans bretelles, une jupe à 3 volants de tulle, une grande ceinture en tulle. Avec un boléro sur le bustier si elle en a le temps. Nadia se tourne vers son thème de prédilection et choisit de faire une robe d'inspiration japonisante.

Elle procède comme les créatrices professionnelles en faisant un moulage en toile à beurre au préalable. Le bustier est croisé, les épaules dénudées, les bretelles basses sur les bras, la jupe est fourreau, longue et croisée, s'évasant dans le bas, s'ouvrant sur un jupon de tulle, le tout souligné d'une large ceinture obi rouge, lacée dans le dos.

Durant le travail, Max Chaoul prodigue encore ses conseils, utiliser le mat et le brillant du satin duchesse, par exemple, au lieu de choisir 2 étoffes, ou encore d'opter pour la dentelle de Calais, si aérienne ! Les anciens arrivent et l'ambiance est d'une grande gaieté malgré la gravité du moment.

L'épreuve se termine et le verdit va tomber : la robe d'Edith est classique, très bien réalisée, très raffinée dans le dos avec la dentelle placée, mais l'ensemble manque de créativité. La robe d'Astrid est une jolie robe de princesse, elle a opté pour une étole en dentelle pour couvrir les épaules dénudées, en remplacement du boléro qu'elle n'a pas eu le temps de réaliser. Les 3 volants de la jupe sont en 3 tulles différents. Mais elle aurait pu doubler sa jupe d'un tulle supplémentaire pour renforcer le bouffant. La robe de Nadia est très stylée, avec des finitions parfaites (enforme sur l'envers de la jupe croisée, tulle du dessous, ceinture obi lacée dans le dos et recouverte…).

Personnellement, nous la trouvons très belle mais peu pratique pour la mariée qui ne pourra esquisser de pas de danse. Mais le jury s'est prononcé, avec la perfection du gilet imposé c'est bien Nadia la grande gagnante de ce Cousu Main 2016, elle maîtrise très bien les techniques de couture les plus complexes, et elle fait preuve également d'une créativité sans égale dans ce concours !

C'était bien elle que nous envisagions comme gagnante. Bravo à elle, son ouvrage nous réservera bien des surprises, à n'en pas douter ! Mais aussi bravo à Astrid et Edith qui ont elles aussi fait preuve d'un grand savoir-faire ! 

A l'année prochaine !

 

Vous avez raté l'émission ? Pas de panique, pour voir le replay, c'est par ici !