Et voilà, la Grande Finale de Cousu Main 3 a eu lieu samedi dernier et nous savons à présent qui a remporté le prix de la meilleure couturière amateure de France 2017 ! Mais revenons sur cette Finale et ses épreuves de haut niveau, dignes d'un tailleur homme et d'un grand couturier, sur le thème du mariage.  

 

LE MODÈLE IMPOSÉ

Le modèle imposé n'est rien de moins qu'une chemise de mariage pour homme. Tout le monde sait que la précision et la minutie requises pour la chemiserie font de cette dernière un des domaines les plus difficiles qui soient en couture. La chemise imposée est à faire en 4 heures. Elle est de coupe droite, avec des plis couchés (5 exactement) de chaque côté d'une patte de boutonnage à 2 boutons surmontée d'un col officier et comporte bien sûr des poignets boutonnés classiques.  

Cindy choisit un coton bleu pastel très classique. 

Julie, un coton mauve très pâle.  

Mélanie opte pour un coton imprimé de motifs blancs/gris légèrement exotiques. 

Les difficultés du modèle sont les suivantes : les plis qui doivent être parfaitement rectilignes et équidistants de 5 mm, les boutonnières bien placées, le col officier et les poignets. Dès que les pièces sont coupées, les candidates s'attellent à la réalisation des plis, première étape de ce pensum de longue haleine. Celles qui ont pris les étoffes unies sont avantagées car on voit mieux la distance de pliure nécessaire (5 mm) sur une surface unie, et Mélanie, en effet, ne cesse de découdre ses premiers plis. Julien et Tanya s'inquiètent pour elle, mais Tanya lui donne un truc: tirer un fil pour avoir une ligne à suivre sur son motif bigarré. Le travail général avance doucement : le montage du col s'avère être aussi une opération périlleuse car il s'agit de piquer très proprement l'endroit et l'intérieur également  du col. La patte de boutonnage polo est une autre difficulté avec la pose des boutonnières puis des boutons. On ne verra rien sur les poignets, et le temps imparti arrive à son terme. Les trois chemises sont terminées et c'est vraiment un exploit car aucune d'entre elles n'avait jamais réalisé de chemise. Celle de Cindy est bien réalisée, plis réguliers, col, surpiqûre au col... Celle de Julie aussi mais les plis se lèvent un peu vers l'extérieur, son col est bien monté. Celle de Mélanie présente des plis plus irréguliers et un col moins bien monté. 

 

C'est Cindy qui gagne à cette épreuve de la chemise de marié, Julien apprécie aussi beaucoup l'étoffe et le style, les trois candidates sont donc à égalité : Julie et Mélanie ayant chacune remporté une première place la semaine dernière. 

 

LA CUSTOMISATION 

La customisation  de ce thème du mariage va donc être, on l'aura deviné, celle de la robe de mariée, exercice de style de tous les grands couturiers à la fin de leur défilé. Cette partie de l'émission réserve une belle surprise, la venue en tant qu'invitée d'honneur de Delphine Mavinet, créatrice de robe de mariée de plus en plus célèbre et dont les people s'arrachent les modèles. Et la vue de certains de ces modèles laisse en effet une impression formidable : le mariage bohème chic dans toute sa splendeur, avec des coupes romantiques et des matières arachnéennes !  Le bijou d'une vie ! La créatrice elle-même étonne par sa simplicité et sa jeunesse et l'on a du mal à imaginer qu'elle puisse maîtriser à ce point ses somptueuses créations. 

Cette customisation concerne donc une robe de mariée assez simple : bustier sans bretelles, taille en pointe et longue jupe en forme en satin. Un modèle très basique donc, en satin mat (de polyester, apprendra-t-on de la bouche de Delphine Mavinet) et peu onéreux à l'achat. A customiser en 3 petites heures de temps ! Un vrai challenge ! Autre surprise de l'émission, elles vont pouvoir faire porter leur modèle par un mannequin, et même une de leurs amies. 

Les trois candidates se précipitent sur les étoffes et choisissent respectivement : 

- un tulle de dentelle festonné pour Cindy 

- des franges dorées, une dentelle dorée et une dentelle blanche pour Julie 

- une dentelle perlée pour Mélanie.  


Delphine Manivet prodigue ses conseils et suggère à Julie de ne pas prendre la dentelle dorée au risque de faire une robe genre déguisement. Julie opte donc elle aussi pour une dentelle blanche mais garde ses franges dorées. 

Cindy se décide pour une robe courte. Elle connaît, au début de son projet, des moments d'indécision. Sur les conseils de Delphine et de Julien, elle opte pour une robe courte   

qu'elle garnira d'une surpjupe en dentelle avec une petite traîne sur l'arrière. Tanya lui conseille des plis creux pour la surjupe.  

Julie veut faire une robe de sirène, elle va donc creuser l'ample jupe de la robe pour la rendre fourreau évasé dans le bas et incruster sa dentelle dans une fente dans le dos. Elle pose ses franges sur le décolleté du bustier. Les experts trouvent son projet super mais ambitieux et Delphine Manivet lui conseille de rester sur du blanc et de travailler en appliqué.  

Mélanie fait tout autre chose puisqu'elle ne va pas toucher à la robe et vouloir ajouter un boléro de dentelle perlée sur le bustier de la robe et une surjupe en tulle sur la jupe longue de la robe. Sa dentelle perlée est précieuse et magnifique. Delphine Manivet lui conseille de se concentrer sur le boléro et de faire l'impasse sur la jupe par manque de temps. Ce boléro est blousant et se ferme dans le dos par deux liens de satin noués dans le cou. Devant les difficultés à coudre cette dentelle perlée, Tanya lui révèle un secret de couturier : on casse les perles au marteau pour pouvoir coudre sans casser l'aiguille ! Mélanie s'y attelle. 

Pendant ce temps, Cindy a fini sa surjupe et s'escrime sur sa traîne qu'elle ne sait comment placer. Julie coud, décidée, et creuse sa jupe en cousant des pinces qui enlèvent du volume. Elle peine aussi avec sa fente où elle veut incruster sa dentelle et surtout oublie de couper l'étoffe creusée restée à l'intérieur de la robe.  

Le temps imparti est écoulé et les mannequins enfilent les robes de leurs amies couturières.  Elles défilent avec les trois modèles en lice. 

La robe de Cindy est pas mal avec sa surjupe de dentelle et sa traîne pas trop mal réussie mais le haut de la robe est vide et manque cruellement de quelque chose. 

La robe de Julie est étrange avec ses franges dorées et blanches, sa traîne incrustée est un peu gauche et l'ensemble manque d'allure. Le buste est écrasé. Delphine regrettera que Julie n'ait pas choisi d'étoffes plus précieuses pour ennoblir la robe de base en polyester.    

La robe de Mélanie est très gracieuse avec son buste étroit, son ample jupe dansante et son boléro de dentelle perlée fermé au dos par un ruban de satin. 


Le verdict tombe !

C'est Mélanie la grande gagnante de ce troisième cousu main , avec sa belle robe de mariée, simple et romantique.   

Quant à nous, nous lui souhaitons bon vent et plein de belles idées de réalisation  aussi craquantes que ses merveilleux chaussons pour bébé (à trouver sur son site dans l'interview) ! Nous sommes impatients aussi de voir son livre ! 

 

Enfin nous ne voulons clore ce petit résumé sans souligner que les trois dernières candidates avaient indubitablement un niveau de savoir-faire similaire, avec chacune des points forts spécifiques comme le disait Julie et qu'à elle aussi ainsi qu'à Cindy nous souhaitons une belle suite d'aventures couture de toutes sortes ! 

 

Merci à Cristina Cordula, Tanya Sayer et Julien Scavini pour leurs conseils éclairés dont nous avons aussi profité et merci aux deux invitées de marque, Chantal Thomass et Delphine Manivet pour leur gracieux partage de savoir-faire et leur amabilité. 


 Retrouvez les interviews des trois finalistes : Cindy, Julie et Mélanie