L'arrivée du printemps est synonyme de moult révolutions dont celle salutaire, de nous faire changer de manies vestimentaires ! On quitte jupes et pantalons chauds pour sauter avec joie dans des petites robes légères ! Ces petites robes légères qui comme les chante Souchon, font que les garçons ont les yeux qui brillent ! Ah les jupes des filles ! 

Une pointe d'orange pour la gaieté

 

Le somptueux motif tigré est particulièrement lumineux en orange et violet ce qui permet à la coupe d'être toute simple, façon tunique indienne, fendue à l'encolure et sur l'avant, avec des manches longues droites. La robe fluide de droite, arbore un ravissant col Claudine sur patte de boutonnage courte et une ligne trapèze qui la fait onduler en douceur. Les manches sont à poignets boutonnés, le motif graphique est typique des années 70 !

 

Look tennis toute !

 

Le style robe de tennis est une valeur sûre chaque printemps. Les coupes épurées du style et leur parti pris, parfois, de blanc immaculé sont une formule qui met le hâle de la femme sportive en valeur. Nos deux modèles sont portefeuille, en piqué blanc, l'un à manches longues avec large parement de taille, l'autre tout simple sans manches. Les deux ont d'immenses poches plaquées à large rabat qui allongent le silhouette. L'un comme l'autre sont d'un casual chic absolu.

 

Un brin de vintage pour le romantisme

 

Une belle ligne galbée apporte à cette robe à pois tout son charme nostalgique : petites manches, taille appuyée, pinces et jupe fourreau entravée sont ses détails de coupe, mais attention, la ligne est souple autour de la silhouette et non moulante, ce qui ajoute à son confort et son élégance. En t. 44-52. La robe de droite est un modèle typique des Fifties, avec buste ajusté, col bateau et emmanchures bien échancrées, sur ample jupe dansante. L'étoffe cloquée rehausse son style Fifties.

 

Deux classiques valeurs sûres

 

La petite robe fleurie à jupe évasée évoque les robes des Seventies avec leurs étoffes vaporeuses et leur lignes légères. Les minimanches raglan et ballon se rapportent sur un buste étroit et drapé sur l'avant, et un encolure ronde fendue, fermée par un lien. La jupe s'évase en douceur. La robe de droite est à son tour un basique du vestiaire : le tweed frangé facon Chanel en fait un modèle chic et sans ostentation. La ligne droite à peine appuyée est animée par des lisières frangées sur le col, la patte fendue, les poches, les manches et l'ourlet.

 

Le charme de l'exotisme

 

Deux étoffes aux impressions complexes, l'une typiquement cachemire, à droite, l'autre évoquant les impressions chères à Dolce et Gabbana durant les Eighties, apportent à ces robes une grande élégance. La robe de gauche est de coupe droite mais fluide, coulissée à la taille avec un buste blousant à généreux jabot et manches à poignets. La robe de droite est de coupe plus stricte, avec un buste étroit et croisé, une taille marquée et un jupe crayon garnie de petits plis. Les manches sont ornés de plis qui s'ouvrent au coude pour s'évaser en pagode. Le motif placé contribue largement à l'effet précieux de la soie.

 

Tenues de fête raffinées et stylées

 

Ces deux robes enfin, qui déclinent chacune à leur manière un style original et appuyé. Le bandeau de la robe bustier de gauche se love en douceur autour de la poitrine et surmonte deux volumes blousants, séparés par un autre bandeau élastique autour des hanches qui permet d'ajuster la longueur de la jupe boule, légèrement tournée à l'ourlet. Follement astucieux ! Une autre matière en fera une robe estivale de bord de mer. La robe de droite est en droite ligne inspirée des années folles, avec sa taille basse soulignée de trois soutaches, sa jupe à plis et son buste long de forme marinière ! Elle aussi peut être portée autrement, casual chic par exemple avec des baskets blanches. Ces deux modèles sont superbes !